CÔTE D’IVOIRE

A la rencontre de la littérature
de la Côte d'Ivoire

La Côte d’Ivoire, important pays du livre en Afrique, dispose d’une production abondante, caractérisée par une diversité forte et des infrastructures éditoriales de qualité. Figurant au nombre des pionnières des littératures africaines modernes, elle a des auteurs emblématiques dont les textes, pendant de longues années, étaient utilisés, systématiquement, pour les dictées dans l’ensemble du continent. Il n’est que de citer Bernard B. Dadié - aujourd’hui âgé de 101 ans, à qui l’on doit la naissance de cette littérature en 1933 - ou Aké Loba, auteur du roman Kocoumbo, l’étudiant noir, pour s’en convaincre.

D’autres auteurs comme Ahmadou Kourouma, Charles Nokan, Jean-Marie Adiaffi ou Noël Ebony ont ouvert des chantiers neufs : ils étaient parmi les premiers Africains à faire de la langue un enjeu littéraire. Aujourd’hui, une nouvelle génération d’écrivains met en lumière cette littérature. Ainsi Maurice Bandaman, Koffi Kwahulé, Venance Konan, Tiburce Koffi, Serge Bilé, Biton Koulibaly ou le jeune Gauz, auteur de l’excellent Debout-payé qui fut une belle surprise en 2014.

Les voix féminines ne sont pas en reste. Tanella Boni, Véronique Tadjo, Fatou Kéïta, Marguerite Abouet, Josette Abondio, Flore Hazoumé ou Régina Yaou, engagées dans des aventures heureuses, tracent de grands sillons pour les plus jeunes. Demain, les nouvelles générations y installeront, à grandes encres, leurs rêves et folies…

La Côte d’Ivoire, porte-drapeau du pavillon des Lettres d’Afrique, confirme son engagement franc au profit du livre. Sa diplomatie dynamique, menée par M. Maurice Bandaman, son Ministre de la Culture et, également, Grand prix littéraire d’Afrique noire 1993, sert la cause de la mutualisation des énergies entre Africains et de l’unité africaine.

événements Littéraires

Depuis 8 ans, la Côte d’Ivoire organise le Salon International du Livre d’Abidjan (SILA 2016), une des rencontres littéraires les plus attendue de la sous-région. La dernière édition, sous le thème « Le livre, lieu de mémoire et porte d’avenir » a permis de rendre hommage à un monument de la littérature africaine, l’écrivain centenaire, Bernard Binlin Dadié, Premier lauréat du Prix James Torres Bodet de l’UNESCO.

LE PRIX IVOIRE :

Le Prix Ivoire pour la Littérature Africaine d’Expression Francophone, également appelé Prix Ivoire, a été créé en 2008 par l’association de droit ivoirien AKWABA CULTURE, « pour que les écrivains africains et afro-descendants - dont les plumes aspirent aux grandes lumières internationales -, soient aussi récompensés en Afrique, par les Africains ». Ce prix est décerné chaque année, à Abidjan, à un écrivain émergent d'Afrique ou de la Diaspora africaine francophone dont l’ouvrage, écrit en français, fait entendre bellement l’une des voix des Afriques. Le lauréat reçoit son prix, d’un montant de trois mille (3 000) euros, au cours d’un dîner-gala réunissant les professionnels et amis du livre de Côte d’Ivoire.

Parrainage :

Le Prix Ivoire pour la Littérature Africaine d’Expression Francophone est soutenu par le Ministère de la Culture de Côte d’Ivoire, l’Organisation internationale de la Francophonie, l’Ambassade de France à Abidjan. Un partenariat établi avec le Salon du livre et de la presse de Genève assure la participation du lauréat du prix Ahmadou Kourouma au Prix Ivoire, et vice-versa.

Invités spéciaux :

A chacune de ses éditions, le Prix Ivoire accueille des sommités de la littérature africaine. Entre autres invités, il y a eu : Ananda Devi, Christiane Yandé Diop, Aminata Sow Fall, Ken Bugul, Seydou Badian, Paul Dakéyo, Boucacar Boris Diop, Cheikh Hamidou Kane, Henri Lopes, Alain Mabanckou, Tierno Monénembo, Djibril Tamsir Niane, Frédéric Pacéré Titinga…

Lauréats du Prix Ivoire :

2016 : Marijosé Alie (Martinique) : Le convoi, roman, HC Editions ;

2015 : Kettly Mars (HAITI, Je suis vivant, éd. Mercure de France;

2014 : Bahaa Trabelsi, Parlez-moi d’amour ! nouvelles, Casablanca, éd. La Croisée des chemins;

2013 : Hemley Boum, Si d’aimer…, roman, éd. La Cheminante;

2012 : Mariama Ndoye (Sénégal), L’Arbre s’est penché, roman, éd ; Eburnie, 2011

2011: Frédéric Grah Mel (Côte d’Ivoire), Félix Houphouët-Boigny, biographie,

2010 : Elisabeth Ewombè-Moundo (Congo), La nuit du monde à l’envers, roman, éd. Panafrika/Silex

2009 : Tiburce Koffi (Côte d’Ivoire), Mémoire d’une tombe, roman, éd. CEDA 2008 : Racine Kane (Sénégal), Les Ballades nostalgiques, roman, éd. Panafrika/Silex.




  • Le Pavillon des Lettres d’Afrique sera un instrument unique pour faire rayonner à l’international les auteurs et les professions littéraires du continent, et pour sensibiliser le public de Livre Paris à une littérature africaine encore peu connue en France et en Europe.

    S.E.M. Maurice Bendaman, Ministre de la Culture et de la Francophonie de Côte d’Ivoire
CÔTE D’IVOIRE

A propos
de la Côte d'Ivoire

Avec un PIB de 32 Mds$ en 2016, soit 35% du PIB de l’UEMOA, la Côte d’Ivoire fait figure de puissance sous régionale. Historiquement connu pour être le 1er producteur de cacao au monde, le pays est porté depuis maintenant quelques années par une ambitieuse politique de modernisation des infrastructures et de grands travaux, d’amélioration du climat des affaires, d’investissements nourris dans l’énergie, d’amélioration du niveau de vie des populations. Cette volonté politique est soutenue par un dynamisme entrepreneurial, impulsé par une jeunesse 2.0, à l’avant-garde de l’innovation et de la globalisation. Le cap affiché par la Côte d’Ivoire est clair : être non seulement un leader sous régional mais aussi, l’un des hubs économiques de cette nouvelle Afrique en marche.